Rassemblement de Toulouse et d'ailleurs
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Norrois, étude de la langue du Nord.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Veigsidhe Karvgwenn

Titre du rang
avatar
Titre du rang

Masculin Messages : 121
Date d'inscription : 16/08/2016
Localisation : Bretagne et Nouvelle Aquitaine

MessageSujet: Le Norrois, étude de la langue du Nord.   Lun 28 Nov - 10:52

Voila, de mon côté j'ai fait quelque recherches avec internet et un peut avec les livres sur les origines de la langue Anglaise, sur le Norrois. C'est un vrais casse tête cette langues je partage avec vous ici la somme de mes recherches. la source la plus fiable que j'ai trouver c'est Wikipédia et le site Asatru folk Assembly.

La source en Anglais de ma présentation est :
A NEW INTRODUCTION TO OLD NORSE, de MICHAEL BARNES, VIKING SOCIETY FOR NORTHERN RESEARCH UNIVERSITY COLLEGE LONDON 2008 – I Grammaire.
Les pronoms interrogatifs
Ces pronoms s'emploient comme en anglais :

Hver ert þú ? = Qui es-tu ?
Hvat ? Quoi
Hvar ? Où
Hver ? Qui
Hví ? Pourquoi

Entre parenthèses, le son français le plus proche à ma connaissance.

L'ancien scandinave est attesté sous deux formes graphiques :

en écriture runique, aussi appelée futhark
en alphabet latin, qui fut introduit en même temps que le christianisme peu après l'an 1000.
Dans l'alphabet latin, il a été nécessaire d'ajouter certains signes pour représenter tous les sons de l'ancien scandinave. Voici un tableau des voyelles de l'ancien scandinave telles qu'elles étaient représentées dans l'alphabet latin :

Voyelles fermées Valeur
i [i]
í [iː]
y [y]
ý [yː]
u [u]
ú [uː]
Voyelles ouvertes Valeur
e [ɛ]
é [eː]
ø [ø]
œ [œː]
o [ɔ]
ó [oː]
æ [ɛː]
a [a]
á [aː], [ɑː]
ǫ [ɒ]
Les symboles ǫ, ę (ne sont plus utilisés et n'apparaissent donc pas dans le tableau) et ø (à l'origine une ligature par superposition de o et e) datent du xiie siècle. Ils ont été proposés pour l'orthographe du vieil islandais par l'auteur du Premier traité de grammaire. Æ est emprunté au vieil anglais. Le vieux norrois connaissait en outre trois diphtongues : æi, ǫu et æy. Ces diphtongues étaient transcrites par des digrammes dans les manuscrits.

Pour les consonnes, on emprunta les graphèmes þ (th dur, comme dans faith en anglais, souvent translittéré th) et ð (th doux, comme dans le the anglais ; souvent translittéré dh) au vieil anglais ; le signe y transcrivant la voyelle labiale d'avant fermée fut aussi emprunté au vieil anglais.

Consulter aussi Transcription des langues germaniques.

L'accentuation[modifier | modifier le code]
Le vieux norrois faisait la différence entre syllabes accentuées et syllabes non accentuées. L'accent portait habituellement sur le radical des mots, c'est-à-dire, dans la plupart des cas, sur la première syllabe. Dans les mots composés, le premier élément portait en général l'accent primaire, mais un accent secondaire apparaissait sur le deuxième élément. Dans certains cas, c'était le préfixe qui était porteur de l'accent (et le radical restait alors inaccentué).

Morphologie du vieux norrois[modifier | modifier le code]
Les noms[modifier | modifier le code]
Les noms du norrois se classent selon deux critères :

leur suffixe d'origine
leur genre.
Suffixes forts et suffixes faibles[modifier | modifier le code]
Il y avait deux possibilités :

le suffixe accentué d'origine se terminait par la voyelle a, o long, i ou u : le nom relevait alors de la déclinaison forte;
le suffixe accentué d'origine se terminait par la séquence an, on ou in : le nom relevait alors de la déclinaison faible. À cette déclinaison appartenaient également quelques noms se terminant en nd ou en r, ou bien ceux qui ne se terminaient pas par un suffixe accentué.
Le genre nominal[modifier | modifier le code]
Le vieux norrois comportait trois genres grammaticaux : masculin, féminin, et neutre. Le genre dépendait généralement du suffixe accentué originel du nom ; en général :

les noms en -a étaient masculins ou neutres ;
les noms en -o long étaient féminins ;
les noms en -u, masculins ;
les noms en -n, nd ou r étaient soit masculins soit féminins.
Le nombre[modifier | modifier le code]
Question book-4.svg
[afficher]Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
À l'origine, il existait trois nombres grammaticaux : le singulier, le pluriel et le duel, comme en grec ancien ou en breton. À l'époque classique, toutefois, le duel s'était depuis longtemps fondu avec le pluriel en ce qui concerne les noms, du moins.

Les déclinaisons nominales[modifier | modifier le code]
Les déclinaisons du vieux norrois comprenaient quatre cas, les mêmes que ceux que l'on retrouve en allemand moderne : nominatif, accusatif, génitif et datif.

Exemple de déclinaison forte
cas singulier pluriel
nominatif armaz > armr armōr > armar
accusatif arma > arm armanz > arma
datif armē > armi armumz > ǫrmum
génitif armas > arms armō > arma
(Précédés d'un point, les formes reconstituées ; à leur suite, les formes attestées en norrois classique).

Exemple de déclinaison faible
cas singulier pluriel
nominatif granni grannar
accusatif granna granna
datif granna grǫnnum
génitif granna granna
Les adjectifs
À l'origine, les adjectifs étaient déclinés comme les noms ; cependant, déjà en proto-germanique, on adopta certaines formes pronominales qui donnèrent naissance à une déclinaison adjectivale particulière, mixte des déclinaisons nominale et pronominale.

Formes spécifiquement pronominales
cas singulier pluriel
masculin féminin neutre masculin féminin neutre
nominatif - - t ir - -
accusatif (a)n a t - - -
datif um ri u - -
génitif - rar - ra ra ra
Les autres formes utilisent :

les terminaisons en a au masculin et au neutre ;
et les terminaisons en ō au féminin.
Cette déclinaison est utilisée lorsque l'adjectif fonctionne comme prédicat ou modifie une phrase nominale indéfinie. Cette déclinaison est aussi appelée « déclinaison forte ».

Dans les phrases nominales définies, on utilise en revanche une « déclinaison faible » :

terminaison an au masculin et au neutre singulier ;
terminaison ōn au féminin singulier ;
au pluriel, terminaison um au datif pour tous les genres, et u à tous les autres cas.
Comparatif et superlatif

Il existait deux systèmes en norrois :

la plupart des adjectifs utilisaient le suffixe -ar pour former le comparatif et -ast pour le superlatif : ríkr → ríkari → ríkarstr, « puissant ».
mais un petit groupe d'adjectifs formaient leur comparatif et leur superlatif avec les suffixes -r et -st associés à une inflexion provenant d'un i disparu qui précédait la finale : langr → lengri → lengstr, « long ».
Les pronoms personnels[modifier | modifier le code]
La série des pronoms est, en norrois, composée de trois systèmes morphologiques distincts :

les pronoms personnels proprement dits
les pronoms de la troisième personne
les pronoms démonstratifs de distance et de proximité.
Les trois séries s'organisent selon des systèmes différents.

Les pronoms personnels proprement dits
Ils s'organisent en trois nombres (singulier, duel, pluriel) et quatre cas, mais ne font pas de différences entre les genres. Ce sont les pronoms de la première et de la deuxième personne, et les réflexifs de la troisième personne. Parmi les nombres, le duel correspond, comme en grec ancien, aux situations où deux individus (ou deux groupes) sont face à face.

Tableau des pronoms personnels proprement dits
cas singulier duel pluriel
nominatif ek þú - vit it vér ér
accusatif mik þik sik okkr ykkr oss yðr
datif mér þér sér okkr ykkr oss yðr
génitif mín þín sín okkar ykkar vár yðar
Les pronoms personnels de la troisième personne[modifier | modifier le code]
Cette série s'organise en distinguant les genres (masculin et féminin) et correspond à une racine germanique caractérisée par un préfixe h-. En vieux norrois, ce système s'utilise uniquement au singulier et seulement pour les genres masculin et féminin. Le génitif tient lieu de pronoms et d'adjectifs possessifs.

Déclinaison des pronoms de la troisième personne
cas masculin féminin
nominatif hann hon
accusatif hann hana
datif honum henni
génitif hans hennar
Les pronoms démonstratifs de distance et de proximité
Cette série se divise en deux groupes :

Les démonstratifs de distance sont formés sur deux paradigmes, sa (qui n'est utilisé que pour le nominatif singulier et le féminin), et þa :

Démonstratifs de distance
Cas Singulier Pluriel
masculin féminin neutre masculin féminin neutre
nominatif sá sú þat þeir þær þau
accusatif þann þá þat þá þær þau
datif þeim þeirra því þeim þeim þeim
génitif þess þeirrar þess þeirra þeirra þeirra
Les démonstratifs de proximité étaient à l'origine formés sur la base des démonstratifs de distance, à laquelle on ajoutait les suffixes -si ou -a, voire les deux comme dans l'ancien scandinave þansi. Ce système n'est cependant jamais attesté de façon consistante; la racine et le suffixe semblent s'être mêlés très tôt pour former un nouveau radical de déclinaison très irrégulière. C'est pourquoi les formes de ce type de pronom démonstratif a beaucoup varié en fonction des lieux et des époques.

Voyelles accentuées (1ère syllabe)

á comme en Anglais father (papa)
a le même son, mais court
é comme en Français été
e comme en Français été, mais plus court
í comme en Anglais eat (le i français)
i le même son, mais court
ó comme en Français eau
o comme en Français eau, mais plus court
ú comme en Français bouche
u comme en Français bouche mais plus court (notre u)
ý comme en Français rue
y comme en Français rue mais plus court
æ comme en Anglais pat, mais plus long ( ?)
œ comme en Français feu
ø comme en Français feu, mais plus court
ƍ comme en Anglais hot (un o court bouche ouverte)
ár ‘year’
dagr ‘day’
él ‘storm’
ben ‘wound’
lítr ‘looks [vb.]’
litr ‘colour’
sól ‘sun’
hof ‘temple’
hús ‘house’
sumar ‘summer’
kýr ‘cow’
yfir ‘over’
sær ‘sea’
œrr ‘mad’
døkkr ‘dark’
ƍl ‘ale’


Nb1. Les anglais se sont trompés sur la prononciation du français. Nous prononçons les longues comme eux et leurs sons ‘courts’ correspondent à la même voyelle mais très courte. Un ‘ou’ court revient presque à un ‘u’ court.
Nb2. Les dictionnaires tendent à confondre le ø et le ƍ et les écrivent tous les deux comme un ö.
Voyelles non accentuées

a comme a accentué
i comme en Anglais city (un e muet)
u comme en Anglais wood
leysa ‘[to] release’
máni ‘moon’
eyru ‘ears’

Diphtongues

au comme en Anglais now (‘ao’ )
ei comme en Anglais bay
ey ON e + y
lauss ‘loose’
bein ‘bone’
hey ‘hay’

Consonnes

b
bb
d
dd
f

ff
g



gg
h
j
k
kk
l
ll
m
mm
n

nn
p
pp
r
rr
s

ss
t
tt
v
þ
ð
x
z
comme en Anglais buy
le même son, mais long
comme en Anglais day
le même son, mais long
(1) comme en Anglais far (f)
(2) comme en Anglais very (v : ‘vé’ )
comme en Anglais far, mais long
(1) comme en Anglais goal
(2) comme en Écossais loch (allemand dich)
(3) comme en Écossais loch, mais sonore (allemand doch)
(1) comme en Anglais goal, mais long
(2) comme en Écossais loch
comme en Anglais have
comme en Anglais year
comme en Anglais call
le même son, mais long
comme en Anglais leaf
le même son, mais long
comme en Anglais home
le même son, mais long
(1) comme en Anglais sin
(2) comme en Anglais sing
comme en Anglais sin, mais long
comme en Anglais happy
le même son, mais long
roulé, comme en Écossais Anglais
le même son, mais long
comme en Anglais this

le même son, mais long
comme en Anglais boat
le même son, mais long
comme en Anglais win (le ‘ou-e’ court anglais)
comme en Anglais thin
comme en Anglais this
deux sons, comme en Écossais lochs
deux sons, comme en Anglais bits
bíta ‘[to] bite’
gabb ‘mockery’
dómr ‘judgement’
oddr ‘point’
fé ‘money’
haf ‘ocean’
offr ‘offering’
gefa ‘[to] give’
ágt ‘low [nom./acc. n. sg.]’
eiga ‘[to] own’

egg ‘edge’
gløggt ‘clear [nom./acc. n. sg.]’
horn ‘horn’
jafn ‘even [adj.]’
kƍttr ‘cat’
ekki ‘nothing’
nál ‘needle’
hellir ‘cave’
frami ‘boldness’
frammi ‘in front’
hrinda ‘[to] push’
hringr ‘ring’
steinn ‘stone’
œpa ‘[to] shout’
heppinn ‘lucky’
gøra ‘[to] do’
verri ‘worse’
reisa ‘[to] raise’
áss ‘beam’
tƍnn ‘tooth’
nótt ‘night’
vera ‘[to] be’
þing ‘assembly’
jƍrð ‘earth’
øx ‘axe’
góz ‘property’


Notes:
f


g




gg


k
kk
n

p
pp
s



Prononciation (1) se trouve en position initiale (début des mots),
(2) in position médiane et finale (milieu et fin des mots).
Prononciation (1) se trouve en position initiale et immédiatement après n,
(2) immédiatement avant s et t, (2) peut sonner comme en Anglais act.
(3) toutes les autres positions
(‘sonore ’ signifie utiliser les cordes vocales, par exemple, en français bille vs pille - b is sonore , p est ‘sourd’ ).

Prononciation (2) se trouve immédiatement avant s et t,
(1) dans les autres positions.
(2) peut sonner comme en Anglais act.
Immédiatement avant s et t peut sonner comme en Écossais loch.
Idem
Prononciation (2) se trouve immédiatement avant g ou k; notez que dans la combinaison ng le g est prononcé, comme dans certaines formes d’Anglais du nord.
Immédiatement avant s et t peut sonner comme en Anglais far.
Idem.
(Never sounded comme en Anglais rise, toujours comme en goose.)
Ne se zozote jamais comme dans le français ‘bise et bouse’, mais comme un double s, comme dans le français ‘bistrot et p’tite mousse’.


Nous verrons que h, þ, ð et les semi-voyelles j et v sont toujours courtes.

Syllabes


Il y a quatre types de syllabes accentuées

1 — courte: courte voyelle + courte consonne, par ex. ba› ‘bath’.
2 — longue: courte voyelle + longue consonne ou un groupe de consonnes, par ex. rann ‘ran [1st/3rd sg. passé]’, ƍnd ‘breath’, ‘spirit’.
3 — longue: longue voyelle + courte consonne ou pas de consonne, par ex. hús ‘house’, fé ‘money’, gnúa ‘[to] rub’.
4 — très longue: longue voyelle + longue consonne ou groupe de consonnes, par ex. nótt ‘night’, blástr ‘blowing’.

Dans les mots non composés de plus d’une syllabe, on suppose que la coupure syllabique se trouve immédiatement avant la voyelle, par ex. far-a ‘[to] go’, gƍrð-um ‘walls [dat.]’…
Dans les mots composés la division est à la jonction des éléments du composé, par ex. spá-maðr ‘prophet’.

Attention. Ceci est l’ensemble des déclinaisons norroises comme données par C.-V. dernière version, non celles de l’islandais moderne (à moins que des gens aient vraiment merdé sur internet, j’en ai vu de légèrement différentes et je ne cherche pas à éclaircir ce mystère).

heimr = habitation, logement.
Singulier.
Nominatif heimr = sujet du verbe p. ex. « une maison est … »
Génitif heims = complément de nom p. ex. « la façade d’une maison … »
Datif heimi = complément d’objet indirect, p. ex. « je suis à la maison »
Accusatifheim = complément d’objet direct, p. ex. « je construis une maison »
Pluriel.
Nominatif heimar = sujet du verbe p. ex. « des maisons sont … »
Génitif heima = complément de nom p. ex. « la façade des maisons … »
Datif heimum = complément d’objet indirect, p. ex. « nous sommes dans nos maisons »
Accusatifheima = complément d’objet direct, p. ex. « je construis des maisons »

Senda: envoyer, envoyer quelqu’un quelque part, envoyer quelque chose à quelqu’un, délivrer une marchandise.
Lancer quelque chose à ou sur quelqu’un. dit notamment “Jeter un sort” senda spjót.
Aussi s’envoyer réciproquement (échanger).

Sóa: qualifie ce mot de “heathen word”. Pense que étymologiquement c’est un mot racine pour són qui signifie réparation d’un tort, expiation.

- Sacrifier, faire une offrande, mais dans un sens spécifique, parce que blóta est employé dans un sens différent.

- Sacrifier au sens de tuer, mettre à mort. exemple dans Hávamál 109:

at Bölverki þeir spurðu,
ef hann væri með böndum kominn
eða hefði hánum Suttungr of sóit

Ils (les géants) s’enquérirent de Bölverk,
s’il était allé chez les dieux
et (si) Suttungr l’avait anéanti. (trad par Hund) (c’est sóit le verbe sóa)

Au sens moderne il signifie gaspiller, dilapider.

La poésie scaldique utilise (parfois) les cas pour se permettre de jouer fortement avec l’ordre des mots.
Dans l’exemple suivant (qui aussi important du point de vue de la compréhension de notre mythologie) es sont deux vers qui sont, par leur sens, reliés l’un à l’autre, mais décalés dans le poème. Ce qui va les rapprocher c’est que dans l’un, le verbe a un complément d’objet indirect (datif) mais pas de complément d’objet direct (accusatif), lequel se trouve 5 vers plus loin.
La strophe 20 de la « Vision de la prophétesse » (Völuspá) – hum… ok Gunnar ? contient 12 vers qui décrivent les Nornes. La vers 7 s’écrit :
skáru á skíði, et il est un peu isolé au milieu des vers juste avant et juste après lui.
skára est un verbe qui signifie ici: « elles grattaient » du fait de sa forme skáru.
á est une préposition qui signifie ‘dessus’ et qui est suivie du datif
skíði est donc le datif singulier de skíð, un neutre qui signifie une planchette de bois (et aussi, un ski !). Vérifiez à quelle déclinaison appartient skíð.
Vous voyez que le verbe skára a bien un COI mais pas de COD. Elles grattent du bois et pas leur tête, mais nous, on se dit, pour écrire quoi ?
Quatre vers se déroulent et quand on arrive au vers 12, on lit
örlög seggja où örlög peut être un … ou un … (je vous laisse chercher) et seggja est évidemment le … du mot masculin seggr (pluriel: seggir) qui désigne un humain en poésie.

Voilà un accusatif possible tout trouvé, ces dames « grattent sur une planchette de bois (datif) l’örlög (accusatif) » que nous lirions donc plutôt comme « grattent l’örlög (accusatif) sur une planchette de bois (datif) ».
En voyant le cas de déclinaison de seggja vous comprendrez : c’est l’örlög de qui ?

Seggja est legénitif pluriel de seggr, déclinaison comme bekkr?
*****
Seggr est donc un exemple de la 2ème déclinaison des masculins pour les mots se terminant par deux consonnes.
Remarquez bien que les mots de la même 2ème déclinaison qui se terminent par une seule consonne (1ère colonne) et ceux qui ont leur voyelle modifiée (3ème colonne) se déclinent de façon identique sauf l'accusatif pluriel en 'u' pour la troisième colonne.
Remarquez aussi que c'est la seule façon d'avoir un substantif se terminant par un 'u', hors les déclinaisons faibles.

Vous voyez qu'il n'est pas toujours évident de savoir à quelle colonne se rapporte un substantif... et donc bien chercher à repérer ce qui distingue les colonnes des unes des autres. C'est ça le piège, mais il ne vient pas de moi. En général, les dictionnaires ne mentionnent que le genre et parfois le nominatif pluriel.
Pour skið j'ai un doute, mais il me semble quand même que ça doit être la première déclinaison neutre. la lettre ð est troublante parce qu'elle figure aussi dans le mot de la 2ème déclinaison, mais si c'était ça le nominatif serait skiði...enfin, je crois. Mais du coup son génitif est skiðs ? Pas trop prononçable cette affaire.
Donc pour skíð il se décline bien comme skip et non pas comme klaeði. Et tu crois bien .
Essaie de le prononcer avec un 'd' ça fait skids parfaitement prononçable.
un Sal neutre qui signifie "vente, négociation ou bonne affaire" qui fait sals au génitif...il y a un exemple till fyrsta sals dans la langue courante (non traduit, mais peut être pour la première/meilleure vente?) et till est suivi du génitif.

peut être déclinaison de barn vu qu'il fait sölum...

en revanche je m'interroge sur quel kenning on peut faire avec vente négociation, ce n'est pas très poétique. Ou alors Forsetti Salstyr = le dieu de la négociation ?

le kenning complet (sens du kenning en mp seulement, niak niak)

‘hjarta sals höll, = la Salle de la négociation (En Norrois)

La salle de la négociation, vente, bonne affaire du coeur? Gné?

C’est ça. Je vous envoie en mp le sens du kenning, comme promis.

Le troisième vers de la strophe 20 s’écrit
Heimdall (ok) há goð
Heimdall ne peut pas être ici (à cause du contexte) un nominatif. S’il est au même cas que « há goð » quuel est donc son nominatif ?

Les deux derniers vers de la strophe 22 s’écrivent
rað til leggia
rösnar Ásum.
Attention : expliquez pourquoi ces vers n’ont pas de sens si on ne lit pas « leggia til » à la place de « til leggia ». Cela vous donne un exemple où l’ordre des mots est inversé pour comprendre les cas de déclinaison des mots.

Le troisième vers de la strophe 26 (la dernière) s’écrit :
« norður að Niflheim ». Expliquez pourquoi il n’est pas incorrect de le traduire par :
« vers le Nord, vers Niflheimr ».

Réponses

Heimdall. Son nominatif serait heimdallr. c'est masculin, mais avec un seul "l"

Há goð est à l'accusatif (tes commentaires)

Goð = dieu. Neutre et au pluriel dans les temps les plus anciens. Devenu masculin singulier àprès la christianisation mais n’a jamais pris le r du masculin. Tous les neutres ont nominatif identique à accusatif.
Há: Je ne trouve que Hár (haut, comme un des noms d'Odin quand il est avec Gylfi). Il fait Há à l’accusatif. Au neutre il se dit hátt au nominatif.

Till leggia: leggia est un verbe "mettre, porter, porter attention…".Vers ou jusqu'à porter, effectivement n'a pas beaucoup de sens. CV donne le sens de “ajouter à” à leggia til + génitif.

rösnar. Le génitif qui va avec leggia till. Celui ci m’a fait bien suer avant que je ne "triche" en lisant ton commentaire! J'avais trouvé risna féminin qui fait risnu (donc fem faible) signifie hospitalité magnificence mais fait rösnür au génitif (et pluriel en plus) et pas rösnar.
C'est donc rausn féminin magnificence et libéralité. Tous les feminins forts font ar au genitif: D'où rausnar.

Pour norðr, je ne fais que supposer. Norð(u)r neutre pareil à l’accusatif. L'idée de au nord est peut être rendue par l'accusatif mais je ne sais pas pourquoi.
Pour Að Niflheim, le language courant dit que Að est plus souvent suivi du datif mais qu'il peut être suivi aussi de l'accusatif plus rarement.
*****
Le problème ici est dans le texte et non pas dans language courant et c'est le texte qu'il faut suivre. dit en fait (implicitement) que at ou að n'est suivi de l'accusatif que lorsqu'il est temporel. Ouep ouep mais le texte écrit "að Niflheim" et s'il était suivi, ici, d'un datif ce serait "að Niflheimi" donc c'est un accusatif incontestable. Pour "norðr" le problème est différent: ce peut pas être autre chose qu'un nominatif ou un accusatif, alors tout mon argument est que si að s'applique aux deux, il sont tous les deux à l'accusatif ou bien on n'y comprend plus rien.
C'est possible, mais "certains manuscrits" peuvent en effet montrer de grandes différences. L'ensemble du texte et du manuscrit montrent ceux qui sont les plus fiables. Elle a eu confiance dans ceux qui ne mettaient pas de datif, sans doute les plus fiables, justement.



Les formes nominales irrégulières:
Il est très difficile à tout le monde, si on ne connaît pas tout par cœur, de reconnaître les formes verbales et nominales irrégulières. La version en ligne du Cleasby-Vigfusson fournit bien des versions html (-> doc cherchable sans problème) mais elles sont bourrées de fautes de scan. Je viens d'extirper les environ 200 erreurs qui se trouvent dans la partie "formes nominales irrégulières".
POUR LES FORMES VERBALES, JE PREFERE VOUS ENVOYER DIRECTEMENT SUR MON SITE PERSO: LES IMMENSES TABLEAUX QUI LES DONNENT S'ADAPTENT MAL AU FORMAT TABLEAU DE NOTRE FORUM. TELECHARGEZ DONC LE PDF CHERCHABLE (attention pdf confond les lettres avec et sans accent, mais c'est même commode pour rechercher des formes rares souvent aux accents fantaisistes dans les textes eux-mêmes. La règle pratique est: si la forme accentuée que vous cherchez ne se trouve que sous une forme non accentuée dans les dictionnaires, alors vous êtres tombés sur un cas où la forme est aussi non accentuée dans le texte original.) Voyez:
http://www.nordic-life.org/MNG/IrregulFinalFr.pdf

Tous ceux qui veulent apprendre l'islandais moderne ou ancien auront besoin de ce tableau quand ils cherchent un dans le dico et, flûte!, il n'y est pas. C'est un irrégulier vous explose à la figure.
Voilà de quoi calmer ces irréguliers.

Les deux lettres ‘aó’ sont représentées, en fait, dans la version originale par quelque chose qui ressemble à ‘aó’. Vous le verrez plus souvent représenté par un ‘ƍ accent aigu’. Le ‘œ’ est souvent représenté par ‘æ’ dans les dictionnaires. Vous verrez un ø représenté par ö dans les dictionnaires.
aðrir, from annarr, other,
Agli, from Egill.
agnar, from ögn, chaff.
aldar, from öld, age.
alnar, from öln or alin, ell.
andar, from önd, breath, duck.
annar, from önn, labour.
arðar, from örð, tilling.
arkar, from örk, chest.
arnar, from örn, eagle.
aspar, from ösp, asp.
aungan, aungva, etc., from eingi, none.
aurar, from eyrir, ounce.
axar, from ox, axe.
axlar, from öxl, shoulder.
á & ána, from á, river.
á, from ær, ewe.
ár, from á, river.
ballar, from böllr, ball.
barkar, from börkr, bark.
beggja, from báðir, both.
birni, bjarnar, from björn, bear.
bjargar, from björg, help.
björg, from bjarg, rock.
björt, from bjartr, bright.
blátt, from blár, blue.
blint, from blindr, blind,
blöð, from blað, blade, leaf.
botz, from botn, bottom.
breitt, from breiðr, broad.
brýnn, from brún, brow.
brýr, from brú, bridge.
brœðr, from bróðir, brother,
brœkr, from brók, breeches.
brögð, from bragð, exploit.
brött, from brattr, steep.
búendr, from búandi, franklin.
bæði, from báðir, both.
bœgi, from bógr, bow.
bœjar, býjar, from bœr, býr, town.
bœkr, from bók, book.
bælki, from bálkr, bulk, partition.
bœndr, from bóndi, franklin.
bœtr, from bót, remedy.
bök, from bak, back.
bönd, from band, bond.
börð, from barð, brim.
börn, from barn, bairn, child.
degi, from dagr, day.
djörf, from djarfr, daring.
drætti, from dráttr, pulling.
dura, from dyrr, door.
dvalar, from dvöl, delay.
dýpri, from djúpr, deep.
dœtr, from dóttir, daughter.
dögum, from dagr, day.
dögurðr = dagverðr, dinner.
dölum, from dalr, dale.
Dönum, from Danir, Danes.
döpr, from dapr, dismal.
eitt, from einn, one.
elptr, from álpt, swan.
endr, from önd, duck.
engi from eingi, none.
erni, from örn, eagle.
eyjar, from ey, island.
fanna, from fönn, snow.
farar, from för, journey
fátt, from far, few.
feðr, from fadir, father.
fegri, fegrstr, from fagr, fair.
firði, from fjörðr, firth.
firri, firstr, from fjarr, far.
fjaðrar, from fjöðr, feather.
fjalar, from fjöl, deal.
fjarðar, from fjörðr, firth.
fjár, from fé, cattle.
fjögur, from fjórir, four.
fjöll, from fjall, fell.
flatar, fleti, from flötr, flat.
flœr, from fló, flea.
flöt, from flatr, flat.
fremri, fremstr, from fram, forward.
frítt, from fríðr, handsome.
fyllri, fyllstr, from fullr, full.
færi, fæstr, from fár, few.
fœtr, from fótr, foot
föður, from faðir, father.
fögnuðr = fagnaðr, joy.
fögr, from fagr, fair.
föll, from fall, fall.
för, from far, footprint.
föst, from fastr, firm.
föt, from fat, garment.
galtar, gelti, from göltr, bog.
garnir, from görn, gut.
gjafar, from gjöf, gift.
gjarðar, from gjörð, girdle.
gjöld, from gjald, payment.
gjörn, from gjarn, willing.
glatt, from glaðr, glad.
glœðr, from glóð, embers.
glöð, from glaðr, glad.
gott, from góðr, good.
grafar, from gröf, grave.
graftar, grefti, from gröftr, digging.
grátt, from grár, gray.
grynnri, grynnstr, from grunnr,
shallow.
grös, from gras, grass.
gæss, from gás, goose.
gömul, from gamall, old.
götu, from gata, path.
Haðar, Heði, from Höðr.
hafnar, from höfn, haven.
hallar, from höll, ball.
handar, from hönd, band.
Harðar, Herði, from Hörðr.
hattar, hetti, from höttr, hood.
hátt, from hár, high.
heilög, from heilagr, holy.
helgan, helgari, from heilagr, holy.
hendi, hendr, from hönd, hand.
himni, from himinn, heaven.
hirti, from hjortr, hart.
hitt, from hinn, the.
hjarðar, from hjörð, herd.
hjörtu, from hjarta, heart.
hlýtt, from hlýr, warm.
hnötr, hnetr, from hnot, nut.
hrátt, from hrár, raw.
hundruð, from hundrað, hundred.
hvannar, from hvönn, angelica.
hvöss, from hvass, sharp.
hvöt, from hvatr, vigorous.
hæri, hæstr, from hár, high.
hætti, from háttr, mode.
höf, from haf, sea.
höfði, from höfuð, head.
hög, from hagr, handy.
höll, from hallr, slant.
hölt, from haltr, lame.
höpt, from hapt, bond.
hörð, from harðr, hard.
jarðar, from jörð, earth.
jöfn, jömn, from jafn, jamn, even.
karar, from kör, bed of a bed-
ridden person.
kastar, kesti, from köstr, pile.
katli, from ketill, kettle.
kattar, ketti, from köttr, cat.
kili, from kjölr, keel.
kljá, from klé, weaver's weight.
knarrar, knerri, from knörr, ship.
knjá, knjám, from kné, knee.
kramar, from kröm, wasting sickness.
kú, from kyr, cow.
kvalar, from kvöl, torment.
kvenna, from kona, woman.
köku, from kaka, cake.
köld, from kaldr, cold.
köll, from kall, call.
kölluð, from kallaðr, called.
laðar, from löð, bidding.
laga, from lög, law.
lagar, legi, from lögr, water.
lanz, from land, land.
lasta, lesti, from löstr, fault.
látum, from læti, manners.
leitt, from leiðr, loathed.
lítið, from lítill, little.
ljá, from lé, scythe.
lukli, from lykill, key.
lýss, from lús, louse.
lægri, lægstr, from lágr, low.
lær, from ló, lark.
lömb, from lamb, lamb.
lönd, from land, land.
löng, from langr, long.
magar, megi, from mögr, son.
malar, from möl, gravel.
manar, from mön, mane.
manna, manni, mannr, from maðr, man.
marðar, merði from mörðr, marten.
markar, from mörk, mark, march.
mart, from margr, many.
máttkan, from máttigr, mighty.
megri, from magr, meager.
menn, meðr, from maðr, man.
merkr, from mörk, mark.
mey, meyjar, from mær, maid.
miði, from mjöðr, mead.
mikit, from mikill, mickle.
mitt, from minn, mine.
mitt, from miðr, middle.
mjaðar, from mjöðr, mead.
mjallar, from mjöll, snow.
mjótt, from mjór, slim.
morni, from morginn, morning.
mónoðr = mánuðr, month.
muðr = munnr, mouth.
mykill = mikill, mickle.
mýss, from mús, mouse.
mœðr, from móðir, mother.
mætti, from máttr, might.
möðru, from maðra, madder.
mögn, from magn, might.
mögr, from magr, meagre.
mörg, from margr, many.
mörk, from mark, march, border.
maól, from mál, speech.
nasar, from nös, nostril.
nánari, from náinn, near.
náttar, from nótt, night.
negl, from nagl, nail.
Nirði, Njarðar, from Njörðr.
nýtt, from nýr, new.
nætr, from nótt, night.
nötr, from not, net.
nöfn, nömn, from nafn, namn,
name.
nörðri, nerðri = nyrðri, more north.
orz, from orð, word.
ótt, from óðr, enraged.
raðar, from röð, row, series.
raddar, from rödd, voice.
randar, from rönd, stripe.
rastar, from röst, mile.
rótt, from rór, resting.
rœr, from ró, nail.
rœtr, from rót, root.
röm, from rammr, strong, bitter.
röng, from rangr, wrong.
rönn, from rann, house.
raó = rá, nook, yard.
saðr = sannr, sooth.
sagar, from sög, saw, (to saw.)
sagnar, from sögn, saw, (to say.)
sakar, from sök, sake.
sannz, from sandr, sand.
satt, from sannr, sooth.
sitt, from sinn, suus.
sítt, from síðr, long.
skátt, from skár, open.
skemri, skemstr, from skammr, short.
skildi, from skjöldr, shield.
skúar, from skór, shoe.
skömm, from skammr, short.
sköpt, from skapt, shaft, handle.
sköpuð, from skapaðr, shaped.
skörð, from skarð, cleft.
slætt, from slær, blunt.
slætti, from sláttr, smiting.
smæri, smæstr, from smár, small.
snær = snjór, snow.
spalar, speli, from spölr, rail.
spjöld, from spjald, tablet
spjöll, from spjall, spell.
spæni, from spánn, chip.
spök, from spakr, wise.
stangar, stengr, from stöng, pole.
steðja, from steði, stitby.
strandar, strendr, from strönd,
strand.
styttri, styztr, from stuttr, short.
stœri, stœrstr, from stórr, great.
stöðr, steðr, from stoð, pillar.
sumur, from sumar, summer.
sú, from sá, that.
sú, from sýr, sow.
svarðar, svcrði, from svörðr, sword.
sveppi, from svöppr, mushroom.
sviðr = svinnr, wise.
svör, from svar, answer.
syni, søni, from sonr, son.
sætt, from sær, seeing.
sævar, from sær, sea.
sögu, from saga, story.
sölt, from saltr, salt.
sölu, from sala, sale.
söm, from samr, same.
sönn, from sannr, true.
söx, from sax, sword.
saór = sár, sore, wound.
tafar, from töf, delay.
tangar, from töng, tongs.
tennr, teðr, tanna, from tönn,
tooth.
tjarnar. from tjörn, tarn.
traðar, from tröð, enclosure.
trjá, trjám, from tré, tree.
trútt, from trúr, true.
tugli, from tygill, strap.
tveggja, from tveir, two.
tvær, tvá, tvau, from tveir, two.
tær, from tá, toe.
töðu, from taða, bay.
töfl, from tafl, same.
tölu, from tala, speech, tale.
töluð, from talaðr, told, spoken.
torn, from tamr, tame.
töpuð, from tapaðr, lost.
tösku, from taska, bag.
taór = tár, tears.
vakar, from vok, hole.
valar, veli, from völr, stick.
vallar, velli, from völlr, field.
vambar, from vömb, womb.
vamma, from vömm, fault.
vandar, vendi, from vöndr, wand.
vant, from vandr, difficult.
varðar, verði, from vörðr, ward.
varnar, from vörn, defence.
varrar, from vörr, lip.
varrar, verri, from vörr, pull.
vattar, vetti, from vottr, glove.
vatz, from vatn, water.
vaxtar, vexti, from vöxtr, growth.
vánd, from vándr, bad.
veraldar, from veröld, world.
vesöl, from vesall, wretched.
vilja, from vili, will.
vinz, from vindr, wind.
vítt, from víðr, wide.
vöð, from vað, ford.
vöknuð, from vaknaðr, awake.
vöku, from vaka, waking.
völd, from vald, power.
völu, from vala, knuckle.
vön, from vanr, want.
vönd, from vandr, difficult.
vör, from varr, ware.
vörðu, from varða, beacon.
vörm, from varmr, warm.
vörtu, from varta, wart.
vöru, from vara, wares.
vösk, from vaskr, valiant.
vötn, from vatn, water.
vaón = ván, hope.
vaópn = vápn, weapon.
yngri, yngstr, from ungr, young.
yxn, from uxi, ox.
þagnar, from þögn, silence.
þakkar, from þökk, thanks.
þau, pær, from þeir, they.
þelli, from þollr, youngfír.
þitt, from þinn, thine.
þramar, þremi, from þrömr, rim, border.
þrastar, þresti, from þröstr, thrush.
þriggja, from þrír, three.
þrjár, þrjú, from þrír, three.
þræði, from þráðr, thread.
þvætti, from þváttr, wash.
Þyngri, þyngstr, from þungr, heavy.
þynnri, þynnstr, from þunnr, thin.
þætti, from þáttr, strand.
þök, from þak, thatch.
ærir, from árr, messenger.
æsir, from áss, god.
öðli, from óðal, property.
öðrum, from annarr, other.
öðu, from aða, shell.
öfl, from afl, strength.
ögn, from agn, bait.
ökrum, from akr, acre.
öldruð, from aldraðr, aged.
öldrum, from aldr, eld, age.
öldur, from alda, wave.
öll, from allr, whole
ömmu, from amma, grandmother.
önduð, from andaðr, dear.
öndurðr = öndverðr, opposed.
öngan, öngir, from einginn, none.
önnur, from annarr, other.
öpnum, from aptan, evening.
orðla, örðlum, from óþal, óðal, property.
örg, from argr, mean.
örm, from armr, poor.
örmum, from armr, arm.
örnum, from arinn, hearth.
örvar, from ör, arrow.
ösku, from aska, ashes.
ösnu, from asna, she-ass.
ötul, from atall, dire.
öx, from ax, ear of corn.
aó = á, river.
aó = á, from ær, ewe.
aól = ál, strap.
aór = ár, oar.
aór = ár, years.
aórr = árr, messenger.
aóss = áss, god.
aóst = ást, love ; Loe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.wiccantogether.com/
 
Le Norrois, étude de la langue du Nord.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Norrois, étude de la langue du Nord.
» Progression étude de la langue
» L'étude de la langue en 6e et 5e: tableau des notions?
» un cahier étude de la langue/un cahier étude de texte: ca marche?
» Enseignement des cours d'étude de la langue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres Spirituelles :: Vie du Forum :: Croyances et Traditions :: Asatru-
Sauter vers: